Arte Difficile

Publié le: 12 novembre 2019 | Auteur: | Classé dans: Non classé | Aucun commentaire »

À toutes celles et tous ceux qui reculent avant d’avoir sauté. Toutes celles et tous ceux qui faisaient « GRAAGFHGFGHF !! » et déchiraient leur feuille en chialant de la bile quand ils arrivaient pas à colorier dans les bords. Toutes celles et ceux qui – ah j’arrête, je sui fatgu-zzZZZZzzz.


Point circulation

Publié le: 11 octobre 2019 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | 2 commentaires »

Moi il y a quelques semaines : « Ah voilà, je vais plus du tout me faire chier, je vais colorier mes BD avec des crayons de couleur direct sur la feuille, je scanne n’imp, je retouche pas et voilà. POINT. BARRE. NIQUE-TOI, PHOTOSHOP ! »
Moi aujoud’hui : « Pourquoi mes couleurs rendent comme ça ? C’est super moche, MERDE, MARRE « 

Je vous parie mon slip que le prochain post sera réalisé avec couleurs de l’ordinateur de photoshop comme avant.

La vie est pleine de rebondissements.


Flunchy likes this!

Publié le: 9 octobre 2019 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Aucun commentaire »

Vous allez me dire « Oui ben moi je peux pas me permettre de faire une crise du milieu de vie, j’ai des enfants à élever » et blablabla. Ben vous aviez qu’à pas faire d’élevage d’enfants, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ! Allez salut, faut que j’aille me ronger les ongles de pieds en pyjama.


Tutt tutt gneuh gneuh, ton carbone fout le feu

Publié le: 28 septembre 2019 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Aucun commentaire »
Case 1 : 24 septembre. Estelle en gros plan. Le logo de twitter emplit les verres de ses lunettes. Elle fait la moue. Une bulle de dialogue partant d'elle fait "BON."
Case 2 : Gros plan sur l'écran de son ordinateur, l'interface des paramètres Twitter. Elle s'apprête à cliquer sur "Désactiver mon compte" ; une bulle dit "Marre de polluer avec mon compte twitter de brin. Il faut bien que de braves pionnières montrent la voie aux générations futures, telles des phares dans la nuit de..." (la fin du texte devient de plus en plus petite, on sent qu'elle se perd dans ses élucubrations).
Case 3 : 27 septembre. Estelle est assise à son bureau, tournée vers nous de trois quarts, blasée, son bras gauche pendant mollement sur le dossier de sa chaise. Sur son écran d'ordinateur, on devine l'interface de twitter, de nouveau active. Une bulle partant de la tête d'Estelle dit :" J'ai tenu trois jours".

INSOLITE : elle se remet à dessiner de strips après un an d’absence, et ne s’emmerde plus du tout à faire des choses bien léchées !!

Un petit truc pour me remettre en jambes, les ami·e·s. Vous aussi, vous êtes dégoûté·e·s par votre propre pollution numérique, mais vous n’arrivez pas pour autant à la zigouiller totalement ? Moi oui, en tout cas. Pff… Bon. Je vais tâcher de m’améliorer, en utilisant moins le streaming, les réseaux sociaux, et en publiant moins de choses sur Intern– oh wait. Diantre.

Comment devenir une sommité du monde artistique, si je n’exploite pas les outils de mon époque pour faire connaître mon trav– Oh pis merde, on s’en fiche, de la sommitude. Je vais mourir comme tout le monde, de toute façon. Ah. Ça vous avait manqué, ces moments feel good, hein oui ?


Terrarium

Publié le: 27 septembre 2018 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: | 2 commentaires »

Sous la pluie, je fixe la vitrine de cette boutique entièrement consacrée aux terrariums. Je ne sais plus ce qui est dit sur le petit carton de présentation. Une histoire de mini-univers ou de mondes miniatures, peut-être.

Mes neveux, qui marchent devant moi, se demandent ce que je fais, pourquoi leur tata bloque devant ces parcelles de plantes sous des capuches en verre.

Je me sens mal à l’aise. Je repense à ces terrariums en métal cuivré si esthétiques, leurs cactées transpirant au sous-sol du Monoprix d’Asnières entre les bidons d’allume-feu liquide et les lots de chips.

Notre engouement pour les terrariums, les motifs végétaux, les housses de couette ornées de luxuriantes feuilles de bananiers, les sérigraphies botaniques… Toutes ces représentations de représentations de représentations de la nature qui semblent menacer de remplacer la substance de leur modèle par un lent processus de plastination.

Les terrariums, ces parfaits petits mondes avec tellement juste ce qu’il faut de vivant qu’ils ne paraissent plus vivants du tout. J’ai lu que leur fonction première était de préserver des espèces enlevées à leur écosystème naturel, pour les observer et les cultiver ailleurs. Nous adorons les terrariums, pendant que nous nous révélons incapables d’empêcher la destruction du nôtre.