Aux merles disparus

Publié le: 17 avril 2018 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Aucun commentaire »

En fouillant dans mes carnets à la recherche d’infos sur un endroit dont je veux parler depuis longtemps, je suis tombée sur quelques notes que j’ai prises à la va-vite un week-end d’octobre 2013, chez mes parents.

Pendant le repas du soir, évoquant les raisons de leur installation dans ce village du Nord, dans cette maison que ma sœur, mon frère et moi avons toujours connue, notre père nous avait raconté ceci :

« Quand on a visité cette maison, je me rappellerai toujours… Il y avait plein de merles qui chantaient dans les arbres, derrière la maison. « Plou plou plou plou plou ! ». La fenêtre de la chambre était ouverte. Mon père s’est approché et il a commencé à parler aux merles en arabe. Les merles se sont tus un instant, puis se sont remis à chanter. Puis mon père s’est remis à leur parler en arabe, puis les merles se sont tus et ainsi de suite.
C’est le dernier souvenir que j’ai de mon père. Avec votre mère, on s’est mariés en septembre 68, et il est mort en mai. »

À l’origine, mes parents avaient acheté cette maison pour que notre grand-mère et notre grand-père puissent s’y installer, mais vous voyez, les choses ont tourné autrement.

Nous n’avons jamais connu ce grand-père qui parlait aux merles en arabe. Il est mort d’un cancer du poumon bien avant notre naissance. Il reste de lui un pied de vigne qu’il avait planté au pied de la maison, sous cette fenêtre où il avait parlé aux oiseaux. Personne ne sait ce qu’il leur a dit jour-là.

Laisser un commentaire.