Attentes vs Résultat

Publié le: 3 août 2017 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , | Aucun commentaire »

Ah, je vous jure… Travaille, au lieu de te plaindre, ESTAYL !!

Ça me rappelle ce moment douloureux au collège, quand notre prof d’art plastique nous a confié comme mission de faire une tache d’encre sur une feuille, puis de repartir chez nous créer quelque chose à partir de ça. Alors moi je me suis dit : « HAN SUPER ! La mienne on dirait un dinosaure. Je vais… Je vais en faire un dinosaure-ROBOT. Oui. Un… dinobot ! ». Après quoi, je me suis dit : « Suffit que je récupère de vieilles résistances sur la carte-mère de mon walkman* qui marche plus, ensuite je les colle sur le ventre de mon dinosaure, et ensuite j’ajouterai des volcans en éruption et une faune luxuriante en arrière-plan et bim bam bam, salut la sci-fi, le génie de l’art a encore frappé. » Ok, bon. Admettons. Mais pour réaliser cette vision digne de Jurassic Park vs Transformers : l’affrontement final, j’ai attendu le JOUR-MÊME du rendu. Pourquoi ? Parce que je rendais toujours tout à la dernière minute. Pourquoi ? Parce que j’étais un peu nonchalante. DONC. Me voici à la pause-déjeuner en train de démonter à toute vitesse les résistances de ma carte-mère avec… un couteau-suisse piqué dans le bureau de mon père. Et que croyez-vous qu’il arriva ? La lame du couteau s’est prestement rabattue sur la chair encore tendre de mon index adolescent, il a fallu foncer chez le toubib me faire recoudre le doigt, l’anesthésie a même pas marché, et en plus, le prof a pas été sensible à la fulgurance de mon œuvre. Moralité ? Trop de leçons à tirer de cette histoire. Choisissez la vôtre. #moraleinteractive #disruptiontotale

ALLEZ, SALUT LES ARTISTES ! N’ABANDONNEZ JAMAIS VOS RÊVES ! MAIS RESPECTEZ LES BONNES PRATIQUES DE SÉCURITÉ EN LES RÉALISANT ! Signé : Mamie ISO.

via GIPHY

* Et alors ? Tout le monde peut pas être né-e après 1990 !!


Pouvoir des plantes

Publié le: 19 mai 2017 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , , | 6 commentaires »

Depuis plusieurs mois, je travaille sur un projet qui me tient à cœur depuis des années. Il s’agit d’un roman graphique sur une femme qui entre en maison de retraite. Réussir à m’y mettre et y consacrer du temps est déjà pour moi un exploit. Si vous suivez ce blog, pas besoin de vous faire un dessin (<- BLAGUE !) : je ne suis pas la plus confiante des "artistes" (<- guillemets ! J'arriverai un jour à les enlever), et je suis freinée par tout un tas de kettle bells parmi lesquelles une profonde haine de soi, un sentiment de culpabilité permanent, trop de sensibilité et un cerveau qui mouline tellement dans tous les sens qu'il est possible qu'un jour il explose. Malgré tout ça, j'ai donc entrepris ce projet, et je devrais déjà en être fière. Mais il est très éprouvant. Il me confronte à des choses que je redoute et que j'ai soigneusement évité de regarder en face jusqu'à présent. Il m'amène à rencontrer des gens qui souffrent et qui luttent, en vrac et sans exhaustivité, contre : leurs propres limites physiques et psychiques, contre le manque de sens, contre leurs regrets, contre le temps qui passe, contre le manque de moyens, contre leurs peurs, contre une société qui ne les veut que s'ils correspondent aux critères esthétiques et de performance qu'elle impose à tous (« OH YEAH, UNE MEUF DE 98 ANS QUI ENSEIGNE LE YOGA !! AH OUI, MONTREZ-MOI ÇA !!… Par contre c’est bon, je veux pas la voir ta grand-mère en fauteuil qui se chope un bleu quand on lui fait la bise et qui s’exprime plus que par « AAAAH ! AAAAAH ! »).

Parfois, je me dis que je suis à deux doigts d’en tomber, tant ça me chamboule. Je suis là dans mon lit, je regarde dans l’abysse et je me dis « Mais pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu te fais du mal comme ça ? Tu ferais mieux d’arrêter. Tu ferais mieux d’aller dessiner les fleurs. » Hier soir, j’étais prête à tout abandonner. Mais je ne peux pas. Je ne sais pas pourquoi, je ne peux pas m’arrêter. Ce que je vais faire, peut-être, c’est tenir un journal de bord. Ça m’aidera sûrement à métaboliser plus facilement ce que je vis au fil de ce projet, qui me ballotte sans arrêt entre émotions fortes et questionnements existentiels, mais qui, heureusement, me fait aussi parfois rigoler.

… Bon allez. Comme l’aurait dit ma grand-mère « Pète un coup, ça ira mieux. »


Je vous laisse avec cette bien jolie vidéo sûrement faite par des gens qui aiment aussi regarder les plantes pousser :


Herbe : toujours plus verte ailleurs

Publié le: 24 février 2017 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , | Aucun commentaire »

Étrange, n’est-ce pas ? Nah, pas tant que ça. C’est tellement plus motivant d’avoir le sentiment de rendre service à quelqu’un qu’on aime… Une amie très chère m’a un jour dit un truc qui m’aide parfois à attaquer la pile de vaisselle sale qui s’entasse dans l’évier, voire même à faire la vaisselle après chaque repas (wow !) : « Traite-toi comme tu me traiterais moi ! ». Il est vrai que quand je me dis : « Tu laisserais une amie rentrer du boulot et trouver ce gros tas de bactéries sur ustensiles ? », j’ai davantage envie de m’y mettre. Limite je passerais un coup d’aspirateur et que je préparerais une tourte en prime. Et puis je sais que mon état mental est toujours meilleur quand mon nid est à peu près propre et rangé. Seule la surface de mon bureau échappe à cette règle. Pourquoi ? Je sais pas. Allez, assez de passionnantes considérations ménagères. Passez un bon week-end, car après-tout, c’est dans quelques heures.


Salut, les administrativement défaillant-e-s ! (ch.3)

Publié le: 3 février 2017 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , | 4 commentaires »

Valable pour les contrats de travail, les contrats de mariage, les contrats Darty…

Z’avez remarqué ? Même pas réussi à écrire « contrats » correctement. Ben oué, Renée. C’est pas nouveau, l’administratif, c’est ma grande passion ! Pourtant, je le sais bien, qu’un contrat vaut mieux que rien du tout. Mais quand j’en vois un arriver, j’ai envie de commander un bac à compost chez Jardiland et de m’y planquer pour le restant de mes jours. « Salut les lombricos, ça jute ? Y a quoi à digérer aujourd’hui ? Des épluchures de patate au ketchup ?! Mes préférées ! J’espère que demain, y aura des pâtes au gratin ! ».

Vous voyez un peu le topo… Quelle chance, au fond : j’avais commencé un post tout à fait déprimant duquel suintait, disons… un certain spleen, et voici qu’un contrat m’offre un rayon d’hilarité inattendu. Comme quoi, du pire peut parfois naître le meilleur. Retrouvez cette maxime et bien d’autres dans mon ouvrage à paraître :  Néo-creux ou néo-vide – Revisitez la platitude !, aux éditions Tiens Donc.

Vous souhaitez accéder à davantage de phobie administrative ? Ne quittez pas :
Parlons courrier
Parlons retraite


Salut les crados !

Publié le: 4 novembre 2016 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , , | Aucun commentaire »

bavicool

Voilà voilà. Vous me direz : Estelle, pourquoi tu portes des couleurs claires, si tu sais pas manger proprement ? Ben parce que faut bien mettre un peu de gaieté dans la vie, merde ! Du sombre du sombre du sombre… Ça va bien, hein ! Tout est déjà assez sombre comme ça. Nul. Berk. D’ailleurs, si ça continue, bientôt je me serais totalement réfugiée dans un monde imaginaire fait de camion-poubelles qui parlent et de bouffe. Bye bye, tchao la compagnie, si vous voulez m’écrire je serai en train de faire du segway sur un arc-en-ciel en suçant des churros.

En parlant de sombre, je vous mets cette bien belle chanson qui est lumineuse quand même, ici en version « On French TV », avec Joe Dassin en Monsieur loyal. #wow #incroyab #retrofutur

Allez, salut la Team Taches. Et bon week-end !