L’éveil

Publié le: 18 septembre 2014 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Aucun commentaire »

J’aimerais que vous me disiez que la mésaventure ci-dessous vous est déjà arrivée, mais je ne pense pas. Un tel black out ne peut être le signe que d’une chose : un début de démence sénile. Ou bien je suis peut-être un peu fatiguée. Non, je ne crois pas. Que… Où suis-je ? Qui est cette personne aux cheveux frisés légèrement enrobée que je vois dans le miroir ? Je vous laisse, il faut que j’aille — que j’aille — Merde, j’ai oublié. Ok, je suis peut-être un peu fatiguée.

Eveil


Parklife – # Don

Publié le: 15 septembre 2014 | Auteur: | Classé dans: Parklife | Aucun commentaire »

Vendredi, je suis allée voir l’expo Tiki Pop au Quai Branly. On y découvre comment une partie des États-Unis a fabriqué une échappatoire à ses carcans, un rêve en toc aux reliefs sexistes et caricaturaux polis par les clapotis du Pacifique, les ondulations des Hula Girls et les accords de Ukulélé. L’expo retrace les origines de cette vision fantasmée de la Polynésie et comment elle s’est cristallisée dans les années 60 autour du Tiki, authentique représentation de demi-dieu qui a fini par devenir un véritable « Dieu américain des loisirs », un symbole utilisé à toutes les sauces – de l’architecture intérieure à l’architecture tout court, et des mugs aux étuis à cigarette.

L’expo est très bien fichue. Non seulement on y apprend beaucoup de choses, mais en plus c’est fait avec humour, l’ambiance sonore est soignée, et on s’offre quand même un double voyage : voyage dans les states du siècle passé, et voyage dans l’ailleurs que les trentenaires et quadra moyens de l’époque s’étaient choisi. En sortant, j’ai eu envie de dessiner ceci :

DON

Tout en écoutant de la musique de circonstance :


Waves! Too much brain waves !!

Publié le: 29 août 2014 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Aucun commentaire »

Je vois pas pourquoi j’aurais un enfant alors que je me fais déjà très bien mener par le bout du nez par ma chatte (< OUI JE SAIS, CETTE PHRASE EST BIZARRE, C'EST PAS DE MA FAUTE SI LE FÉMININ DE "CHAT" DÉCLENCHE DES TRUCS CHEZ VOUS, VOUS AVEZ UN PROBLÈME AVEC ÇA ? PUSSY PUSSY PUSSY PUSSY ! VOILÀ, TIENS, PAN).

En tout cas, si y en a une qui se réjouit d'avoir changé d'appart', c'est bien ma chatte (MAIS QUOI ?! QUOI !!). Je la reconnais à peine. Je me demande si c'est pas parce que je la shoote au Feliway, mais bon... Bref.

CATPOWER

À part ça, j’ai envie d’aller aimer Obvious Child :


Parklife – # Mirjane

Publié le: 28 août 2014 | Auteur: | Classé dans: Parklife | Aucun commentaire »

Hier, dans le bus qui me menait à la MJC Jacques Tati pour aller voir Party Girl, j’ai vu une dame d’un certain âge tout de blanc vêtue, jusqu’aux petits clips de ses oreilles et à l’exception de ses socquettes-bas couleur chair. Les gens qui s’habillent tout en blanc me fascinent : comment ils font pour tenir leur rang plus d’une minute ? Un mystère pour moi qui suis capable de tacher n’importe quel vêtement dès le premier porter et dans n’importe quel contexte. Toujours est-il que je me suis dit qu’il ne pouvait y avoir qu’une explication :


MIRJANE


Assaisonnements

Publié le: 27 août 2014 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Aucun commentaire »

Ces jours-ci, je suis un peu perturbée de commencer une nouvelle vie dans un nouvel endroit et dans une nouvelle lumière, mais j’espère qu’un véritable automne sera bientôt là, parce que c’est ma saison préférée.

C’est étrange et rassurant de se dire que son foyer n’est pas un lieu mais une saison.

Parfois je pars dans des délires New Age et je me dis que si je me sens angoissée au cœur de l’été, puis rassurée dès que septembre se profile, c’est peut-être parce que mon faux jumeau/fausse jumelle a fuité fin juillet et que c’est vers l’automne que j’ai dû me cramponner à l’utérus pour de bon, mais j’étouffe vite cette pensée ridicule, parce que j’ai ma dignité.

L’attrait magique que l’automne a sur moi et sur tant d’autres a tellement d’explications rationnelles. Par exemple les conditionnement de l’école dès la petite enfance. Les vacances sont finies, l’été disparaît cellule morte après cellule morte au rythme des exfoliations naturelles et quelque chose se profile. On ne sait pas encore quoi. Positif ou négatif ? La balance n’a même pas encore frémi vers l’un ou l’autre. On verra bien.

Je ne retrouve dans aucune autre saison une si parfaite expression de ce qu’est la vie. D’infimes morts et d’infimes renouveaux imbriqués jusqu’à l’indifférenciation.

Chaque année j’essaie de mettre des mots sur l’automne, et chaque année ils m’échappent. What’s more delightful than that, buddy?

LALOBA2