Souvenirs à Tata Estelle #1 – Première rencontre

Publié le: 23 février 2015 | Auteur: | Classé dans: Souvenirs à Tata Estelle | Aucun commentaire »

PREMIERERENCONTRE2

(Bon. On va toutes et tous faire comme si les perspectives et les proportions étaient bonnes, ok ?)

Je ne sais plus exactement quel âge j’avais, en tout cas je sais qu’avant ce souvenir-là, dieu sait si j’avais dû en voir en passer, des animaux morts (on habitait à la campagne et on avait plein de poules, de coqs et de dindons qui finissaient à la casserole sous nos yeux), mais sans que ça me fasse le même effet (sans doute aussi parce qu’à l’époque j’étais encore un être sans cœur qui s’en fichait pas mal, de bouffer les animaux – mais c’est une autre histoire).

A propos de souvenirs, j’ai vu que The Guardian demandait à ses lecteurs de raconter ce qu’ils pensent être leur premier souvenir. Vinguette, mazette, salopette qui pue qui pète, moi j’aurais bien du mal à déterminer quel était mon premier souvenir. Ma chronologie est trop floue. Peut-être que ce serait : je regarde le motif de nounours (ou de toutou ?) d’un t-shirt que je porte, puis je regarde la lumière froide et mouillée par la fenêtre d’une pièce que je ne connais pas ; c’était à Saint-Malo, en fait, et ça doit être mon premier souvenir de vacances ? En tout cas, il me semble très ancien, celui-là.

Allez, salut les moches !


Le rituel

Publié le: 18 février 2015 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Tags: , | Aucun commentaire »

BOOKISH2

Vous faites ça aussi, vous ? J’imagine que je suis pas la seule, en tout cas. Bon. Je sais pas pourquoi, ça me fait penser à cette vieille info sur les traces d’herpès et de cocaïne retrouvées sur les 10 bouquins les plus empruntés dans une bibliothèque d’Anvers, parmi lesquels 50 Shades of Grey. Quand j’ai appris ça à l’époque, j’ai repensé à toutes ces fois où je mange en lisant des bouquins de la bibli. Un peu de mon ADN et des traces de chocolat ou de fromageaud doivent toujours orner les pages de La poterie utile ou celles de Annie Cordy – Une vie. Mais rassurez-vous, y paraît que les quantités de virus divers détectés sont trop infimes pour que quiconque chope un herpès dégueulasse au détour d’un paragraphe du Dico des Filles (ah, quoi que là, on sait jamais, par réaction psychosomatique…).

PS : bondjou, je poste des images de plus en plus grosses. Si ça continue, vous pourrez même voir les filoches d’encre qui bavent sur la pulpe du papier.


Chauffeur, si t’es champion

Publié le: 6 février 2015 | Auteur: | Classé dans: Confessions Intimes | Tags: , , | 6 commentaires »

DRIVE

Eh oui, ça va faire bientôt 2 ans que j’ai le permis, et jusque-là j’avais jamais réussi à conduire toute seule. Ça paraît ridicule, et pourtant c’est vrai. Un jour, il faudra que je vous raconte mon rapport épique aux bagnoles, au permis de conduire et à la conduite, car ce serait de nature à décomplexer les cas les plus désespérés. Mais une autre fois.

Je suis bien contente d’avoir réussi à surmonter ma peur panique, même si j’ai encore du chemin à parcourir avant de traverser le territoire seule en titine. D’autant que je me suis aperçue aujourd’hui que j’avais semble-t-il paumé mon permis de conduire. Ha ha, quel inconscient farceur ! Je vous laisse, je vais aller retourner toutes mes couillasses d’affaires de merde dans l’espoir de retrouver ce maudit bout de carton rose.


Ne jamais croiser les effluves

Publié le: 3 février 2015 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | 7 commentaires »

ODEURSMIROIRS

J’aurais pu ajouter « Flamiche au Maroilles ou Raie du pépète ? », tant il est vrai (< cette tournure a été empruntée au blog de Jean-Jacques, 84 ans) que la célèbre tarte au fromage de mon Nord chéri peut, pour certains, évoquer des odeurs de macération venues du fond des vallées. Odeurs qui peuvent elles-mêmes être considérées comme très agréables par certaines personnes. Mais n'entrons pas dans le détail de vos vies sexuelles, merci, ce sera pour une autre fois.

J'aimerais bien trouver un bouquin entièrement consacré au sujet des odeurs et à la façon dont on les perçoit selon notre éducation, notre culture et notre sensibilité. Si vous en connaissez un bien, faites-moi signe.

Aucun rapport avec ce post, mais moi ça va mieux. J’ai consacré beaucoup trop de temps à poursuivre des ambitions qui ne me ressemblent pas au risque de passer à côté de ce qui me rend vraiment heureuse dans la vie, mais enfin, ENFIN, je me sens capable de me débarrasser de cette sale habitude. Si je suis honnête avec moi-même, qu’est-ce que je suis, dans le noyau (qui a crié « UNE VIEILLE SAUCISSE ! » ? Qu’il/elle sorte de cette pièce.) ? Un mélange de vieille personne et de gosse de 5 ans qui cherche juste à pouvoir (dans le désordre, liste non exhaustive) : faire des blagues pour faire rire ses proches, dessiner, manger du bon manger, contempler les choses peinardes le cul par terre, assouvir sa curiosité et faire des bisous.

Pourquoi je me torture depuis si longtemps alors que rien ne m’y oblige ? Fini tout ça, les amigos et les amigas. Mon projet pour les 35 ans à venir : ne plus en avoir rien à foutre de ce que me dit mon tyran intérieur.

Plan


Parklife – Patricia

Publié le: 30 janvier 2015 | Auteur: | Classé dans: Parklife | Aucun commentaire »

PAT

Traduction : Depuis qu’elle avait été bannie des casinos et tables de poker, tout ce qu’il restait à Patricia pour étancher sa soif d’adrénaline, c’étaient les soirées bingo.

Oui, amis je vous le dis : ne sommes-nous pas tous et toutes des Patricia, voletant d’addiction en addiction jusqu’au grand bingo de la mort ? (Cette phrase vous a été proposée par Philosophie Magazine).

PS : Hasard magique -> au moment où j’écris ce post, une magnifique traînée de nuages gris ourlée du même rose que les pois du polo de Patricia passe à l’horizon.

PS2 : J’aurais pas écrit la légende EN UN PEU TROP GROS ?