Only the Wind / Seul le vent

Publié le: 4 juillet 2018 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Tags: , , , , , , , | 3 commentaires »



Voici une courte histoire que j’ai commencée cet hiver ou le dernier, je ne sais plus trop. Ça parle de mort, évidemment, de toute façon je suis obsédée par ça depuis presque toujours. J’essaie de m’y confronter, je lis des choses sur le deuil, sur l’importance d’accepter que les choses et les gens changent et meurent, je m’intéresse au mouvement « Death positive », et à ce que publie la très drôle Caitlin Doughty, mais bon, je ne sais pas si un jour j’accepterai que la vie ait une fin alors qu’elle me semble si belle.

Si ça change, je vous tiendrai au jus (de cadavre, ha ha ha ! Arrrh arrh arrh, si drôle).

PS : peut-être que j’ai laissé passer des fautes ou des maladresses dans le texte, que ce soit en anglais ou en français (du mal à écrire la VF, d’ailleurs) et je suis pas une reine de la mise en page, mais je m’en fous.

Une version PDF à télécharger, au cas où ce serait plus facile à lire, quand même.


Fear the coiffure !

Publié le: 26 juin 2018 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | 4 commentaires »

Je commence à atteindre le point « Cheveux. Need. Couper » mais j’hésite à agir, car je sais qu’il y a des chances pour que ça finisse comme : voir ci-dessus.

Exemples de changements matériels qui me perturbent dans la vie quotidienne :

– Coiffure
– Lunettes
– Nordinateurs et terminaux mobiles

ALLEZ SALUT !


Sylvothérapie et tout et tout

Publié le: 13 juin 2018 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Tags: , , | 2 commentaires »

« Qu’est-ce qu’un Montague ? Ce n’est ni une main, ni un pied, ni un bras, ni ma chatte ! Gna gna gna, qu’y a-t-il dans un nom ? ». Bon, j’ai peut-être un peu transformé Shakespeare (« Chez qui ? » ha ha ha ! Bienvenue à l’Emporium de l’humour).

C’est bien étrange que ce soit précisément au saule-pleureur que j’aie pensé pour m’apaiser, vu qu’il est associé à tout un tas de symboliques du type : la compassion, le deuil, le renouveau, la protection, etc.

Le naturaliste Linné pensait avoir trouvé en lui l’arbre mentionné dans ce passage de la Bible : « Nous sommes assis sur le bord des fleuves de Babylone, et là nous avons pleuré en nous souvenant de Sion. Nous avons suspendu nos harpes aux saules qui sont au milieu de Babylone. »

Mais en fait il s’est gouré apparemment, c’était pas un saule, c’était un peuplier. AH LE NUL, EH ! Bravo, Carl. Bel exploit. Dixit : une personne anonyme ayant pris toutes les infos de cette note à la source de l’Internet sans les vérifier*. Exemple ci-dessous ->

Fun fact : la plupart des saules-pleureurs qu’on plante en France sont des femelles. Donc ben la prochaine fois que vous en croisez un, dites « Salut madame Saule-pleureuse, comment ça va aujourd’hui, la forme ? Puis-je m’abriter sous votre feuillage afin d’obtenir des guilis ? » Car c’est connu, les branches de saule-pleureur, ça chatouille. Source : moi-même.

* Ami·e·s botanistes ou biblistes (ça se dit ? Moi j’ai pas lu la Bible, et pourtant je suis allée au catéchisme, ha ha ha !), n’hésitez pas à rectifier mes erreurs.

Allez salut, pas que ça à faire, OK ?


À la merveille

Publié le: 31 mai 2018 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Tags: , , | Aucun commentaire »

Regardez les mots-clés que j’ai mis ! HA HA HA ! La blagueuse. En même temps, c’est vrai, c’est une enquête. Certes courte, mais enquête tout de même.

Retrouvez bientôt mon recueil « Creepy Pasta à ma façon : la VRAIE recette ». Avec au programme : « Qui a vomi dans mes Crocs ? », « L’affaire du colombin qui remontait toujours à la surface« , ou encore « Gastro horrifique à l’Autogrill. »

Bon. Il me faut préciser que quand j’écris « Hier à la piscine », « hier » = il y a plusieurs semaines, en fait. Mais voilà, en ce moment je suis très impatiente avec ce que je fais, donc je bâcle la préparation, donc ensuite j’essaie de rattraper le truc mais j’y passe quatre mille fois plus de temps, et je repense à mon tonton qui m’avait livré le secret du travail bien fait, un jour qu’il s’apprêtait à repeindre une pièce : « Prépare bien ton matériel et protège bien le sol et les plinthes, ça te fera gagner du temps après ». Inutile de dire que j’ai toujours eu beaucoup de mal à appliquer ce précieux conseil.

ET EN PLUS tout ça pour ça : pour une histoire de prout ; pour une matière volatile sitôt apparue, sitôt disparue. Enfin « disparue »… Non, transformée, puisque rien ne se perd-rien ne se crée et tout et tout. À ce propos, est-ce que vous avez déjà réfléchi au fait que si nous sommes tou·te·s des poussières d’étoiles, nous sommes aussi tou·te·s des poussières de prouts ? Avez-vous pensé au fait que la matière autour de vous et même EN vous porte peut-être les traces des prouts de nos ancêtres ? À méditer…

Je vous laisse avec la reprise de Smells like teen spirit* par Patti Smith :

* VOUS L’AVEZ ? Ha ha ha ! La blagueuse.


Les fantômes des plages

Publié le: 24 mai 2018 | Auteur: | Classé dans: Plus belle la vie | Tags: , | Aucun commentaire »

Verdict de Parcours Sup pour ma demande d’entrée à l’Institut des Hautes Études en Poésie Picturale (IHEPP : « Vous êtes pas prise, madame, merci. Mais on peut vous proposer une place sur la liste d’attente de l’Institut des Hautes Études en Pédicure (IHEP) : à une lettre près c’est pareil ». Hum… Je ne sais pas, Parcours Sup, il faut que j’y réfléchisse.

(EDIT)
C’est en voyant passer cette étrange et belle illustration de l’incroyable Sophie Franz aka Baloney Feathers sur Instagram que ce poème dessiné m’est venu. J’ai pensé « Nobody talks about the beach ghosts » et puis voilà.